Prix des Lecteurs




Le réseau des médiathèques organise tous les deux ans dans le cadre du Festival America un Prix des Lecteurs et depuis 2016 un Prix des lycéens sur le principe suivant : deux jurys de dix personnes sont constitués en juin parmi les abonnés des bibliothèques de Vincennes ; ces jurys sont chargés de lire pendant l’été les romans sélectionnés par les bibliothécaires. En septembre, les jurys débattent et élisent les lauréats du Prix des Lecteurs et du Prix des  lycéens, prix remis pendant le week-end du festival à leurs auteurs.
L’objectif de ce prix littéraire est de faire découvrir au public vincennois de jeunes écrivains américains qui n’ont publié qu’un ou deux romans, et qui ne sont pas encore célèbres en France.


Lauréat 2006




Joseph Boyden : Le Chemin des âmes. Albin Michel, 2006

1919. Nord de l'Ontario. Niska, une vieille Indienne attend sur un quai de gare le retour d'un soldat qui a survécu à la Grande Guerre. Pourtant, l'homme qui descend du train n'est pas Elijah Whiskeyjack, mais son neveu Xavier qu'elle croyait tombé au champ d'honneur, ou plutôt son ombre malade et méconnaissable. Trois jours durant, à bord du canoë qui les ramène chez eux, Xavier, entre la vie et la mort, replonge dans les eaux sombres de son passé. Quelques années auparavant, Xavier et Elijah, son meilleur ami, s'étaient engagés dans l'armée canadienne, certains l'un et l'autre de tenir l'aventure de leur vie. Mais c'est l'enfer qui les attendait...
A travers le destin brisé de ces deux jeunes hommes, Le Chemin des âmes est une réflexion saisissante sur notre propre humanité et ce qui la menace.
 
Canadien aux origines indiennes, écossaises et irlandaises, Joseph Boyden a créé l'évènement avec son premier roman Le Chemin des âmes qui a été traduit dans plus de quinze langues. Ce livre a été salué unanimement par la presse anglo-saxonne et a remporté un grand prix littéraire au Canada.


Lauréat 2008




James Cañón: Dans la ville des veuves intrépides. Belfond, 2008

Depuis le jour où les guérilleros ont débarqué et réquisitionné tous les hommes, Mariquita, village de Colombie, tombe en ruines. Seules, livrées à elles-mêmes, les femmes ne savent plus à quel saint se vouer. Qu'à cela ne tienne. De ménagères soumises, d'épouses dociles, les femmes vont se transformer en leaders politiques de choc, instigatrices flamboyantes d'un nouvel ordre social. Audacieux, plein d’esprit et d’ironie, James Canon plonge au cœur de cette Colombie déchirée par la guerre civile . Un premier roman épique et foisonnant fortement imprégné par la tradition narrative exubérante de la littérature sud-américaine.
 
Né et élevé en Colombie, James Cañón suit des études de publicité à l’université de Bogota, avant de partir pour New York étudier l’anglais. Alors qu’il est étudiant à la New York University, il se met à écrire. Une fois diplômé, il reçoit le prix d’excellence dans la catégorie fiction. Nombre de ses nouvelles sont parues dans des anthologies et des revues littéraires.


Lauréat 2010




Yanick Lahens : La Couleur de l’aube. Sabine Wespieser, 2008

Angélique Méracin vit avec sa mère,sa soeur Joyeuse, son fils, et son jeune frère Fignolé dans les faubourgs de Port-au-Prince. Mais un jour, Fignolé disparaît. Angélique la soumise et Joyeuse la révoltée tentent de le retrouver.
Prix RFO 2009 ; Prix Millepages 2009.
 
Yanick Lahens vit en Haïti. Elle brosse un portrait sans complaisance de la réalité caribéenne, tant dans ses romans - le premier, Dans la maison du père, est paru aux éditions du Serpent à plumes en 2000 - que dans ses nouvelles et ses essais. En dehors de l'écriture, elle intervient comme consultante et a créé une fondation agissant auprès des jeunes pour l'éducation et le développement durable en Haïti.


Lauréat 2012




Sabina Berman : Moi. Seuil, 2011

Enfant sauvage et autiste, Karen Nieto va apprendre à lire et à écrire, aller à l'université et prendre la tête de la plus grande entreprise de pêche au thon du monde.
 
Après des études de psychologie à l'Université Nationale Autonome du Mexique, Sabina Berman entre dans la compagnie d'Héctor Azar et publie sa première pièce de théâtre en 1976. Elle est aussi l'auteure d'un recueil de poèmes, d'un roman et d'une autre pièce, Entre Villa y una mujer desnuda, qu'elle a adaptée au cinéma en 1996.


Lauréat 2014




Ayana Mathis : Les Douze tribus d’Hattie. Gallmeister, 2014.
 
Hattie arrive de Géorgie à la gare de Philadelphie, en 1923 avec sa mère et ses sœurs. Elle fuit le Sud rural et la ségrégation.Elle a seize ans et épouse August. Cinq filles, six fils et une petite-fille naîtront de cette union.
Douze enfants, douze tribus qui égrènent leur parcours au fil de l’histoire américaine du 20e siècle.

Ayana Mathis a grandi à Philadelphie. Son premier roman, Les douze tribus d’Hattie, écrit après sa participation à l’atelier d’écriture de l’université de l’Iowa, a connu un immense succès aux États-Unis et est traduit en dix-sept langues.


Lauréat 2016 : Prix des lecteurs et Prix des lycéens



Anna North : Sophie Stark. Autrement, 2015. 
Sophie Stark est une réalisatrice de génie. Femme-enfant à l’écart du monde, elle ne communique jamais aussi bien que par le biais de sa caméra. Pour réaliser ce qu’elle considère comme le film parfait, elle n’hésite pas à pousser ses acteurs dans leurs derniers  retranchements et ne peut s’empêcher de sacrifier les gens qu’elle aime au nom de l’art. Robbie, son petit frère ; Allison sa muse et maîtresse – Daniel, son flirt d’adolescente ; Jacob, son mari ; George, le producteur hollywoodien et Ben, critique de cinéma – racontent à tour de rôle « leur » Sophie, sombre, tourmentée, mais aussi généreuse et surdouée.




Anna North est née en 1983 en Virginie. Diplômée de l’Université de Stanford et de l’Atelier des écrivains de l’Iowa, elle est journaliste au New York Times et habite Brooklyn. Vie et mort de Sophie Stark est son premier roman traduit en français.