Vous êtes ici

Sélection 2021 musiques électroniques

 

Amateurs de musiques électroniques, ouvrez vos oreilles ! Amateurs de classique, de jazz ou d’autres genres musicaux, vous serez surpris. L’électro est le genre le plus ouvert aux autres genres, le plus éclectique et un des plus novateurs de ce début de siècle !

2021 ne déroge pas à la règle et nous offre nombre de sorties qui méritent leur petit tour dans notre mange-disque ou notre téléphone.

Christian Löffler s’est inspiré des enregistrements Shellac pour retravailler certains des chefs-d’œuvres des compositeurs classiques les plus estimés de tous les temps. Son album Parallels : Shellac reworks (rien à voir avec notre podcast Médiathèque Parallèle) est une pépite.
Löffler a découvert des motifs ou des mélodies subtiles qu’il a utilisés comme base pour créer un morceau entièrement nouveau. Chaque rework porte en lui la dualité d'un morceau de musique unique et contemporain qui est néanmoins empreint du passé. "J'espère que mes interprétations atteindront des gens qui  n'écoutaient généralement pas les anciens maîtres. Il y a tellement de force, de jeunesse et de folie dans cette musique intemporelle".

Toujours dans le domaine de la réinterprétation de classiques, Arandel sort un deuxième album inspiré par le génie de Bach : Inbach, vol.2. Mêlant electronica et néo-classique, ces douze nouveaux titres sont dans la lignée des précédents, tellement réussis qu’ils font partie de nos coups de cœur 2021.

Rone invite ses amis à participer à la construction d’un album plus pop, intitulé sobrement Rone and friends. Ces « friends » ne sont autres que Odezenne, Flavien Berger ou Camélia Jordana qui nous offre un des meilleurs titres avec "La nuit venue".

J’avais parlé de Roisin Murphy et de son inégalable album Roisin machine dans le premier épisode de Médiathèque Parallèle en 2021. Quand il s’agit de gonfler ses poumons, de se remplir d’énergie, de danser à tout rompre, il s’agit aussi d’écouter Roisin machine, l’album électronique le plus solaire de ces dernières années.

HVOB nous gratifie d’un enregistrement Live in London. 77 concerts à guichets fermés dans le monde, et celui-là, celui de Londres, enregistré soigneusement pour ce premier album live du duo viennois. Dès l’introduction on est happé par l’énergie hypnotique de l’album, on se laisse emporter pendant presque deux heures tandis que des images défilent sous nos yeux fermés. On voudrait y être...

La fin d’année est souvent le moment où nos artistes les plus attendus sortent leurs pépites (Noël oblige), souvent décevantes. Le roi Vitalic est de retour, et lui n’est pas décevant. Bien au contraire. Il a saisi les besoins d’une époque (Covid) et a mis tout son talent dans un album exutoire. Le premier titre est une baffe électronique, elle nous rappelle ce qui nous manque le plus, nous émeut et nous pousse à nous lever. On comprend le titre de l’album : Dissidaence. Les notes sont distillées dans une précision millimétrée, le tout sous l’influence de Kompromat. Le deuxième titre se nomme "Rave against the system", on passe à de la techno efficace. Quand on aime ça, on jubile.

Que 2022 nous rapporte la liberté perdue. Puissions-nous danser sans danger et nous embrasser de plus belle !

Jérémy