Vous êtes ici

Sélection 2020 musiques de films

 

 

Les difficultés rencontrées en 2020 par les salles de cinéma ont eu des conséquences sur l'édition des musiques de films, quasiment au point mort depuis le printemps. C'est donc essentiellement sur MusicMe que l'on retrouvera quelques bandes originales de films sortis en salle entre deux confinements, proposés par des plateformes numériques... ou toujours en attente de sortie.

 

En début d'année, nous avons eu le temps d'apprécier la mystérieuse - et parfois angoissante - partition composée par Oiseaux-Tempête pour le film Sortilège (Tlamess) du Tunisien Ala Eddine Slim.

Des qualificatifs qui peuvent s'appliquer à Barkskins (Le Sang de la terre), mini-série d'Elwood Reid, dont l'action se situe au Québec à la fin du XVIIème siècle ; Colin Stetson traduit parfaitement en musique les sentiments des colons, confrontés aux menaces d'une nature sauvage et à la violence des humains.

La musique de Ludwig Göransson, qui succède avec brio à Hans Zimmer aux côtés du réalisateur Christopher Nolan pour Tenet, se révèle également inquiétante, notamment dans ses passages electro-rock synthétique.

Ambiances électroniques encore, mais plutôt planantes, avec Cliff Martinez (collaborateur régulier de Steven Soderbergh et Nicolas Winding Refn), qui a cette fois œuvré à la musique de la série The Wilds de Sarah Streicher.

Dans un registre plus classique et feutré, Peter Gregson a composé pour Roger Michell la bande-son de Blackbird, qui inclut deux recompositions de suites pour violoncelle de Bach.
Signalons également les belles prestations de Richard Reed Parry pour Sean Durkin (The Nest) et de Lorne Balfe pour Max Winkler (Jungleland) ; la partition tout en retenue de Dustin O'Halloran et Volker Bertelmann pour la romance historique de Francis Lee, Ammonite ; ou encore celle en apesanteur d'Olivier Arson pour Madre, du réalisateur espagnol Rodrigo Sorogoyen, avec qui il avait déjà fait équipe sur Que Dios nos perdone et El Reino.

Atmosphère plus enlevée avec Petit vampire de Joann Sfar et sa B.O. à base de swing et de musique tzigane concoctée par Olivier Daviaud ; et surtout avec The Flight attendant, série de Steve Yockey pour laquelle Blake Neely a réalisé une bande-son originale et inventive aux accents jazzy, qui évoque parfois Eddie Sauter.

Terminons avec la longue et unique plage qui accompagne le court-métrage de Pedro Almodovar The Human voice, où l'on retrouve la patte (de velours) de son compositeur fétiche et quasi-attitré Alberto Iglesias.

Jérôme