Vous êtes ici

Sélection 2020 musique classique

 

 

 

2020 fut l’année Beethoven, avant d’être celle du confinement.
Parmi toutes les parutions, les approches et réinterprétations de Shani Diluka et Pierre Henry auront marqué l’année. La première avec l’album Cosmos, qui mélange ragas indiens et morceaux de piano classique, donnant à la musique du grand compositeur une résonance toute particulière.
Le deuxième avec sa 10ème symphonie créée en 1979 sur bandes magnétiques à partir d'extraits audio des 9 symphonies de Beethoven.
La Dixième symphonie de Pierre Henry n'avait jamais été jouée auparavant ; elle fut donnée pour la première fois en novembre 2019 à la Philharmonie de Paris, réunissant 2 orchestres et pas moins de chœurs.

La musique baroque est à l’honneur, avec ce magnifique album A fancy de John Dowland joué par Bor Zuljan. Par son interprétation, il rejoint celles des plus grands luthistes de notre temps. Il nous offre un Dowland à nul autre pareil, se délectant de l'allégresse du désespoir. Un authentique trésor. Un grand plaisir d’écoute.

Toujours en musique baroque, le talentueux quatuor de musiciennes, Les Kapsber’girls viennent de sortir leur premier album Che fai tu ?. Elles renouent avec leur répertoire, et leur compositeur de prédilection : les villanelles du compositeur italien Johannes Hieronymus Kapsberger.
Les mélodies alternent avec des pièces instrumentales. L’incroyable richesse des caractères et des couleurs de ces airs encore méconnus nous entraîne à rêver, nous surprend, nous émerveille et nous laisse une étrange et agréable sensation de nostalgie…

Autre formation 100 % féminine, le quintette à cordes Smoking Joséphine.
Cinq archets de haute volée pour une seule voix d'où rayonnent des tempéraments complices, des natures profondes et un humour décapant. Sur un thème universel et intemporel, Amours, toujours !, elles incarnent ici le lyrisme généreux au travers des compositeurs du 19ème et 20ème siècle.

L’année 2020 aura également été propice en récitals pour instrument seul.
Avec l’album Brahms-Bartók-Liszt, Alexandre Kantorow, le jeune pianiste français confirme son statut de prodige du piano. Premier récital depuis le concours Tchaïkovsky, l'album est construit autour de trois rhapsodies dans lesquelles il déploie un jeu lyrique et virtuose.

De son côté, avec ce nouvel album Good Night !, le pianiste Bertrand Chamayou réunit seize berceuses subtilement choisies qui garantissent un voyage apaisant et relaxant.

Avec l’album Elgar, Sheku Kanneh-Mason, le jeune violoncelliste de 21 ans enregistre le concerto pour violoncelle d’Edward Elgar, le grand compositeur britannique. Son jeu tout en souplesse fait mouche. Sheku convainc, car Elgar lui va comme un gant.

Dans le domaine vocal, les sopranos Véronique Gens (Nuits), Patricia Petibon (L'Amour, la mort, la mer) et Marie Perbost (Une jeunesseà Paris), révélation des victoires de la musique 2020, nous offrent des très beaux albums, tandis que la chanteuse franco-américaine Rosemary Standley met à l’honneur les lieder de Franz Schubert, en choisissant une interprétation qui oscille du classique au jazz, en passant par le folk, dans son nouvel album Schubert in love.

Enfin, venus des contrées nordiques, les compositeurs et pianistes Konstantin Kokourov et Dirk Maassen nous proposent, respectivement avec Notes et Ocean, un moment de détente bien mérité après une année longue sans concert.

Isabelle