Vous êtes ici

Gisèle Halimi

gisele_ halimi

Défendre la cause des femmes

Gisèle Halimi, née le 27 juillet 1927, est une avocate, militante féministe et femme politique franco-tunisienne. Née de parents juifs, elle a été mariée, en premières noces, avec Paul Halimi puis, en secondes noces, avec Claude Faux, ancien secrétaire de Jean-Paul Sartre dont elle a été l'amie et l'avocate. Elle est la mère du journaliste Serge Halimi (1955). Elle est décédée le 28 juillet 2020 à Paris.

Elle entre au barreau de Tunis en 1949 et poursuit sa carrière d'avocate à Paris en 1956.

Fortement engagée dans plusieurs causes, elle milite pour l'indépendance de l'Algérie, dénonce les tortures pratiquées par l'armée française et défend les militants du MNA (mouvement national algérien) poursuivis par la justice française. 

Féministe, Halimi est signataire en 1971 du Manifeste des 343, parmi 343 femmes qui déclarent avoir avorté et réclament le libre accès aux moyens anticonceptionnels et l'avortement libre.
Aux côtés de Simone de Beauvoir, elle fonde en 1971 le mouvement féministe Choisir la cause des femmes et milite en faveur de la dépénalisation de l'avortement.

Au procès de Bobigny en 1972, qui eut un retentissement considérable, elle défend une mineure qui a choisi d'avorter après un viol, en faisant une tribune contre la loi de 1920. Ce procès a contribué à l'évolution vers la loi Veil de 1975 sur l'interruption volontaire de grossesse.

Élue à l'Assemblée nationale de 1981 à 1984, elle constate avec amertume que ses projets n'avancent pas autant qu'elle le souhaiterait et elle dénonce un bastion de la misogynie. Son amendement instaurant un quota pour les femmes aux élections a pourtant été voté à la "quasi-unanimité" par les députés, en 1982. Gisèle Halimi est également une des fondatrices de l'association altermondialiste ATTAC.

 

Le viol est un crime 

 

Ne vous résignez jamais

« Comment devient-on féministe ? Existe-t-il un parcours type, une expérience, un enseignement qui métamorphose une femme ordinaire, "tranquille" aurait dit ma mère, en une révoltée qui se veut pionnière d'un nouveau monde ?
Après une de mes conférences, un jour, une jeune femme m'interpella : "Mais vous, personnellement, comment êtes-vous devenue féministe ?" Sommée de m'expliquer. De raconter mon parcours particulier pour que chacune puisse induire le général. Danger. Je ressentis le besoin de me lancer dans une réflexion introspective. J'écrirai un livre. Je remonterai le temps pour m'arrêter aux événements qui m'engagèrent totalement dans un féminisme d'action.
Mais que l'on ne s'y trompe pas. C'est parce que ma souffrance de fille m'asphyxiait que je devins, instinctivement d'abord, féministe. »

Ce livre est à découvrir dans nos rayons. D'autres ouvrages sur la défense des droits des femmes sont à parcourir dans la liste ci-dessous :

 

Luttes pour les droits des femmes