Vous êtes ici

Gaëlle Geniller

Coup de coeur
gaelle_geniller

 

jardin_couv.jpg

Gaëlle Geniller. Le Jardin, Paris

Delcourt, 2021. (Mirages)

 

L’éclosion de Rose

Paris, années folles. Muguet tient un cabaret dans lequel toutes les danseuses portent un nom de fleur. Elle a élevé seule son fils de 18 ans qui va faire ses débuts sur scène sous le nom de Rose. Le jeune homme a grandi dans cet endroit chaleureux comme dans un cocon, entouré de l’affection des « fleurs », Tournesol, Marguerite, Violette… qui le surnomment « petit bourgeon ». Très vite, le numéro de Rose fait sensation, et les clients affluent les soirs où le garçon danse. 

Un admirateur

L’un d’eux, Aimé, ne manque jamais une performance de Rose, et arrive toujours le premier pour pouvoir s’installer à la meilleure table. Il aimerait parler à Rose, mais il n’est pas permis d’aller voir les artistes en coulisses…
Un soir, voyant son insistance, Muguet accepte qu’Aimé emmène Rose au restaurant. Dès lors, une amitié naît entre les deux garçons, et Aimé, riche héritier d’une maison d’édition, va vite devenir un soutien indispensable pour Rose, jeune homme fragile, peu préparé à affronter le stress de la scène.

Être ou ne pas être genré

Cet album aborde avec délicatesse la question très actuelle du genre. Le personnage central de Rose, garçon habillé en fille mais qui danse torse nu, fait évoluer le style de ce Jardin, qui n’était planté jusqu’alors que de femmes-fleurs. La fragilité et la complexité du jeune homme sont sensibles dans chaque vignette grâce à la finesse du dessin, et le poids du regard des autres sur lui est évoqué dans certaines de ses répliques : « Je veux plaire à tout le monde tout en sachant que c’est impossible ».

Paris Art Nouveau

L’univers dans lequel évoluent les personnages est harmonieux et raffiné, le dessin à la fois simple et sophistiqué, constitué d’aplats de couleurs, avec une palette plutôt dans les tons pastels. Le décor Art Nouveau et les costumes des danseuses, tout en plumes et perles, nous transportent dans le Paris léger et lumineux des Années 20. 

Gaëlle Geniller a 24 ans, et, après Les Fleurs de grand frère, destiné à un public jeunesse, Le Jardin, Paris est la deuxième bande dessinée qu’elle publie. Elle s’est beaucoup documentée sur la mode des Années 20, et a travaillé presque deux ans pour réaliser ce projet. 

Agnès

Empruntez-la !

Retrouvez tous nos coups de cœur