Vous êtes ici

Café culturel de février 2019

saviano.jpg

Roberto Saviano. Piranhas (titre original italien : La Paranza dei bambini)

Gallimard, 2018

 

Roberto Saviano, est l'auteur de plusieurs essais : Gomorra (ses révélations sur la mafia lui ont valu de vivre désormais sous protection policière) et Extra-pure (un voyage au cœur de l'économie de la cocaïne).
Dans ce premier roman, il raconte des enfants qui jouent aux cow-boys avec de vraies balles… Ceux sont eux, les Piranhas ou "la paranza".

 

Un roman napolitain

"La paranza" vient du vocabulaire de la mer et désigne initialement les bateaux qui partent pêcher la nuit, et attrapent dans leur filet les petits poissons attirés par une lumière. Ce terme est devenu par la suite le surnom des groupes de camorristes à Naples. La paranza dei bambini pourrait se traduire par "escadron d'enfants" ou encore "gang des enfants" (qui ont de 10 à 18 ans).
Le roman se déroule donc au coeur de Naples, dans le quartier de Forcella.

Des ados comme les autres

Ce qui est effrayant, c'est qu'au départ, les héros sont des jeunes a priori comme les autres : ils vivent avec leurs deux parents, jouent aux jeux vidéos, postent des photos ou des messages sur les réseaux sociaux, allument des cierges à la Vierge (La Madonna). Ces ado ne sont pas à la marge et pas non plus issus de familles mafieuses. Certains sont  même assez doués scolairement.

Une histoire violente, inspirée de faits rééls

C’est une histoire crue et violente sur l’ascension de six adolescents. Ils commencent par foncer en scooters dans les rues de Naples puis n'hésitent pas à menacer, racketter pour finalement tuer.
Leur souhait : occuper la place laissée vacante par les anciens mafieux.
Ce roman, inspiré de faits réels, décrit un univers glaçant.

Une quête d'argent et de pouvoir

Ces jeunes ont seulement une quinzaine d’année : Nicolas, Tyson, Biscottino, Lollipop, O’russ, Briato. Leurs valeurs sont l'argent et le pouvoir, ce qui les mènera à la vie criminelle. 
La main mise sur des armes de guerre va faire exploser leur violence.
Ils ne craignent ni la prison ni la mort. Ils se moquent de finir à Poggioreale, qui, ironie du sort, est aussi bien le nom de la prison que celui du cimetière à Naples.

Bientôt adapté au cinéma

Les détracteurs de Saviano l'accusent d'avoir écrit davantage un scénario qu'un roman, ces défenseurs disent que son écriture est extrêmement cinématographique. Et justement son roman a été adapté à l'écran par Claudio Giovannesi. Le film sort le 13 février 2019 en Italie (B.O. : "No surprises" de Radiohead) et est en compétition au Festival de Berlin 2019 (la Berlinale, dont Juliette Binoche est la Présidente).

 

Bénédicte

 

ventriloquism_0.jpg

Meshell Ndegeocello. Ventriloquism

1 CD Naïve, 2018

Lire la chronique

 

 

 

 

quatrieme_mur_0.jpg

Sorj Chalandon. Le Quatrième mur

Grasset, 2013

 

L’œuvre d’un journaliste et d’un romancier

À l'origine du Quatrième mur, il y a le massacre de Sabra et Chatila par les Phalanges libanaises, entre le 16 et le 18 septembre 1982. Sorj Chalandon, alors grand reporter au quotidien Libération, sera parmi les premiers journalistes à pénétrer dans les camps palestiniens et à y découvrir l'horreur. Son expérience de terrain va nourrir le roman.

Le théâtre au cœur du roman

Dans le Paris des années 70, Georges étudiant et militant, rencontre Aurore, une féministe (sa future femme), et Samuel Akounis, Grec, Juif de Salonique, exilé en France pour fuir le régime des colonels, qui sera comme un frère et bouleversera sa vie.
Leur passion commune : le théâtre. Sam, mourant, charge Georges de poursuivre son projet de monter la pièce Antigone de Jean Anouilh au Liban. Sam rêve d'offrir une parenthèse de quelques heures de paix et de fraternité en faisant jouer des acteurs amateurs et de toutes confessions dans une Beyrouth partagée par la Ligne verte.

Violence et poésie

C'est un roman fort en émotion mais aussi en violence.
"Nous portons des masques de tragédie. Ils nous permettent d'être ensemble. Si nous les enlevons, nous remettons aussi nos brassards, et c'est la guerre."
On y cite "Demain, dès l'aube", poème extrait des Contemplations (1856) dans lequel Victor hugo évoque la mort de sa fille Léopoldine.

Un texte qui se prête bien au théâtre

Le Quatrième mur a souvent été adapté pour le théâtre. On a récemment pu voir Antigone 82 au Théâtre de l’Épée de Bois, à la Cartoucherie. Jusqu'au 2 mars 2019, vous pouvez retrouver Le 4ème mur au théâtre Les Déchargeurs à Paris.

Une invitation au Liban

Ce voyage au Liban vous donnera probablement envie de manger libanais, de boire un café blanc appelé "ahweh bayda" (une boisson libanaise sans lien avec le café, à base d'eau de fleur d'oranger) et d’accueillir vos futurs invités par un "ahlan wa sahlan"… "bienvenu" en libanais !

 

Lire aussi la chronique du roman de Sorj Chalandon Le jour d'avant, présenté lors du Café Culturel de décembre 2017
 

Bénédicte

 

wolphonics_0.jpg

The Wolphonics. The Bridge

1 CD Airfono, 2018

Lire la chronique

 

 

 

dom_la_nena_0.jpg

Dom La Nena

Dom La Nena est née au Brésil. Après une solide formation classique (elle joue du violoncelle), elle accompagne Jane Birkin, Jeanne Moreau, Etienne Daho, Piers Faccini en tournée...

En 2013, elle sort son 1er album solo, Ela. Il reçoit un bon accueil de la presse internationale (The New York Times, The Wall Street Journal, Le Figaro, BBC...) et est considéré comme l'un des meilleurs albums de l'année par les Inrockuptibles en France !

En 2015, Dom La Nena sort un 2ème album, Soyo. The New Yorker considère chaque chanson de l'album comme sacrée, El País voit en Dom une des artistes les plus prometteuses de sa génération !

 

 

Son 3ème album, Tempo, paraîtra le 12 avril 2019.

Dom La Nena se produira le vendredi 15 mars 2019 à 15h30 au Petit Palais à Paris, pour un très court concert de 45 min.

Elle sera également le jeudi 11 avril au Café de la danse.

Bénédicte

 

 

elina_duni_0.jpg

Elina Duni. Partir

1 CD ECM, 2018

Lire la chronique

 

 

bojangles_0.jpg

Suggestion de sortie théâtre

Le jeudi 18 avril 2019, retrouvez l’adaptation du roman En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut (qui avait été en 2016, un vrai coup de cœur pour moi) au Centre culturel Georges-Pompidou de Vincennes.

Bénédicte

 

On en a parlé pendant le Café :

 

serotonine_0.jpg

Michel Houellebecq. Sérotonine

Flammarion, 2019

 

chollet_0.jpg

Mona Chollet. Sorcières : la puissance invaincue des femmes

Zones, 2018

 

char_camus_0.jpg

René Char & Albert Camus. Correspondance : 1946-1959

Gallimard, 2007

 

Retrouvez les précédentes éditions du Café Culturel